La situation de la formation politique en Suisse romande

Sept systèmes scolaires, pour sept grilles horaires, et autant de plans d’études, l’affaire est pour le moins complexe à approcher, et les textes d’orientation ne représentent, en matière de formation politique plus encore que dans d’autre domaine, que la pointe d’un iceberg composé d’une kyrielle de pratiques de nature très diverse. Pour n’en rester qu’au plan d’étude, le paysage romand apparaît comme bien éclaté malgré une volonté d’harmonisation des systèmes scolaires affichée par la Conférence Intercantonale de l’instruction Publique (CIIP). L’objet en question, le «politique», n’est non plus pas des plus faciles à cerner. Celui-ci est loin d’être aussi stable que d’autres objets enseignés à l’école, il est même, par définition, constitué par la controverse, les désaccords, les conflits au sein de nos communautés politiques; cette instabilité rend la question de sa scolarisation complexe et difficile. Dans le court texte qui suit, la formation politique en Suisse romande est abordée en deux temps, le premier très bref, présente et illustre une approche de la formation politique par trois disciplines, le second, plus long, se centre plus particulièrement sur l’éducation à la citoyenneté (dorénavant, EC) ou aux citoyennetés, suivant l’appellation de la CIIP.

Medien